Archives de novembre, 2008

Le personnel municipal maltraité

Le conseil municipal du 20 novembre était consacré essentiellement au DOB (débat d’orientation budgétaire). Il s’agit d’un exercice au cours duquel le maire se plaît à développer son analyse de la situation actuelle, internationale, nationale et évidemment locale et les orientations qu’il compte donner, dans ce cadre, à sa politique municipale. Débat sans surprise, où […]

Mort du cinéma Becker (3)

Dans le Parisien d’aujourd’hui : Télécharger l’article

Quel est donc ce coquet local ?

Monsieur Regnault fait souvent —et pompeusement— référence au devoir républicain de chacun. Mais il en a une conception très personnelle… Surtout s’il s’agit des droits de l’opposition. Car, figurez-vous —et cela l’embête bien— l’opposition (qui représente quand même pas loin d’un Plaisirois sur deux à l’élection municipale, et bien davantage lors des scrutins nationaux) a […]

Ça suffit comme ça !

C’est le cri que poussent ce matin le sénateur de l’Essonne jean-Luc Mélenchon et le député du Nord Marc Dolez qui claquent tous deux la porte du PS. Un PS plus que jamais divisé qui voit la motion de Ségolène Royal arriver en tête du vote des militants (29%),

L’art de l’antiphrase…

L’antiphrase est la figure de style qui consiste, pour dire une chose, à énoncer son contraire; ainsi, dira-t-on « ah! bravo, toutes mes félicitations ! » à l’enfant qui vient de faire une bêtise, et qui comprend immédiatement le reproche : l’ironie est destinée à donner plus de force à l’expression, non à tromper et jamais le […]

La Clé des Champs en danger ?

Ainsi, après la mise sur la touche du théâtre Robert Manuel et la liquidation du cinéma Jacques Becker (liquidation que Mme Kolmannsberger qui a le goût de l’antiphrase appelle « renaissance ») des menaces sérieuses pèse sur l’existence de la Clé des Champs. Je reproduis ci-dessous le communiqué qu’ont publié des usagers et anciens employés de ce […]

« Un spectre hante l’Europe : le spectre du communisme. »

uand je commençais à écrire ces lignes, je ne connaissais pas encore le résultat du vote interne du Parti concernant la base de discussion du congrès, mais j’étais persuadé de deux choses :

1° la base « commune », adoptée par le CN avec une majorité relative de 88 voix, soit environ 25 % de ses membres, serait également adoptée par la majorité des votants :

2° le score de ladite base commune ne manifesterait pas une adhésion massive des militants dont, je suis sûr, un bon nombre se sera abstenu ou comme moi aura voté « nul »…