Crise de la gauche (2)

Le 34ème congrès du PCF a eu lieu.

Ça n’a pas été l’implosion que certains auraient pu craindre (et d’autres espérer…)

A-t-il donné un signe clair de notre retour en force sur la scène politique ? Je crains que non, mais au moins, a-t-il présenté le visage d’un débat digne, intelligent et finalement serein qui ouvre de nouvelles perspectives de travail.

Je retranscris ici, en attendant de revenir prochainement sur le fond, ce qu’en dit, en tant qu’invité, Jean-Luc Mélenchon :

Bon. Faisons le bilan. Tout ce que disent et discutent les communistes nous concerne, pour peu qu’on soit de gauche. Tout simplement parce que ce dont ils traitent c’est de la vie , la terrifiante crise qui s’avance, la politique pour changer l’ordre injuste des choses. Vu? Ca n’a rien à voir avec leurs scores aux élections, le bilan de l’union soviétique et ainsi de suite. C’est de la pensée. Mais un chapitre particulier de leur discussion nous implique. Impliquer c’est plus fort que concerner. C’est le chapitre sur les élections européennes et la stratégie du PCF à ce propos. Et les congressistees communistes ont délibéré. Incroyable Parti Communiste. Ils votent ligne à ligne (elles sont numérotées), page par page, amendement par amendement avec des boitiers de vote. Ca dure. Mais pas trop. Mais quand même. Un pour, un contre, pour chaque amendement! Donc il faut être patient. Il leur faut trois jours pour venir à bout de leur texte…Ca peut faire sourire. Moi ça me stupéfie. Rien à voir avec l’incroyable foire qu’est un congrès socialiste où trois mille personnes parlent en même temps pendant que défilent à la tribune des rangées de camarades qui font des vocalises. J’ai terriblement pratiqué et aimé ça. Mais en voyant ces communistes, leur «ruches», leurs amendements et leurs votes ligne à ligne, j’étais pétrifié. Comme par un retour au réel. A la pudeur après l’obscénité. »

(http://www.jean-luc-melenchon.fr/)

Vous avez une opinion? Laissez un commentaire:

Nom *
E-Mail *
Site Web