Faites ce que je dis… pas ce que je fais !

Telle pourrait-être la fière devise de notre JR concernant l’urbanisation et la protection de l’environnement ! Il est en effet très fort pour critiquer, d’ailleurs à juste titre, la révision du PLU de Mme Coté-Millard aux Clayes, mais beaucoup moins scrupuleux pour appliquer les grands principes qu’il lui recommande dans sa propre ville.

Mais avant d’évoquer le conseil municipal d’hier soir, je voudrais dire deux mots des premiers pas, fort peu encourageants, du gouvernement Ayrault. Hier après-midi, la CGT et la FSU (notre photo) étaient devant le Médef pour exiger le Smic à 1700 € et la retraite à 60 ans pour tous, et « dès maintenant » car on a bien l’impression que le changement annoncé, c’est celui du tout changer pour que rien ne change ! La déception a été forte à l’annonce du fameux coup de pouce  au smic : 2 %!  Jean-Luc Mélenchon l’a ainsi chiffré : il revient soit à un Carambar par jour, soit à un café ou deux baguettes par semaine… Rappelons les promesses du candidat Hollande dans ses 60 propositions : rattrapage + indexation sur la moitié de la croissance, ce qui était déjà insuffisant, mais représentait quand même 4 %. Les smicards devront se contenter de la moitié, soit 21,50 € par mois, et encore faut-il préciser que la hausse réelle n’est que de 0,6% puisque 1,4 % sont dus au rattrapage de l’inflation : bénéfice net 6,5 €.  Un sondage CSA du jour révèle que 82 % des Français jugent cela insuffisant ! La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem a eu l’impudence de déclarer sur Europe 1:« Vous savez, quand on est à 10 € près pour finir le mois, 20 €, c’est pas mal ». Il est vrai que la même s’était déjà félicitée sur France-Inter du résultat des élections en Grèce, gagnée par… la droite contre Syrisa, le Front de Gauche à la grecque !

Une autre forte de déception —encore que venant de l’homme aux déclarations sur les « blancs, white, blancos », on pouvait s’attendre au pire— c’est la reprise des poncifs autoritaires de la droite par Manuel Valls qui fut estimé lors du quinquennat précédent « sarko-compatible » par maints commentateurs et fait aujourd’hui la démonstration publique de cette qualité présumée. Non seulement il ne régularisera pas tous les travailleurs sans-papiers —je rappelle que « travailleurs » signifie qu’ils ont un emploi, cotisent et paient des impôts— mais il reprend même les objectifs de Guéant, et, à l’instar du FN établit une relation entre l’immigration et les difficultés sociales.

Ajoutons que nous apprécierons dans très peu de temps comment François Hollande se sera complètement soumis au traité austéritaire d’Angela Merkel, sans contrepartie, sinon le faux-semblant des 120 milliards (1% du PIB européen) d’un pacte de croissance totalement bidon puisque l’essentiel provient de fonds structurels déjà budgetés.  Bref, encore une fois « tout change pour que rien ne change ». Mais l’Europe, on y reviendra prochainement, au moment où j’écris ces lignes, le président de la République commence sa conférence de presse et on en saura davantage —ou pas.

Passons donc au Conseil municipal d’hier.

Dernier conseil avant les vacances d’été et quelques points intéressants à l’ordre du jour.  On apprend ainsi dans les décisions du Maire une nouvelle renégociation de la dette de la Ville dans le cadre de ce qu’ils appellent sa gestion dynamique et dont la principale leçon à retenir est qu’elle permet —en étalant encore une fois le remboursement— de repousser de deux ans les risques les plus inquiétants, autrement dit, après les prochaines élections municipales. Simple coïncidence ?  Espérons que cela ne relève pas d’une logique que résumerait la formule « après moi, le déluge ! ».

Autre point que j’annonçais en commençant : nous devions donner un avis sur une modification du plan local d’urbanisme des Clayes-sous-Bois, car cette modification, dans des zones limitrophes de Plaisir pouvait avoir un impact sur notre ville. Il s’agissait essentiellement d’une densification de l’habitat dans le quartier de la Broderie et de la création d’une zone d’activité à vocation industrielle et commerçante en bordure de la RN 12, dans la zone du Puits-à-Loup.  Voici donc l’intervention que j’ai prononcée à ce sujet.

 Monsieur le Maire,

Nous approuvons votre proposition d’émettre un avis défavorable concernant l’impact sur Plaisir des modifications du PLU de la ville des Clayes, que ce soit en matière de surcharge de la circulation automobile, de rejet d’eaux usées ou pluviales, ou de protection des zones naturelles.  C’est un souci que nous partageons tous, d’autant que par ailleurs le développement de la zone commerciale autour d’Alpha Park risque d’apporter des nuisances aux habitants des quartiers est de Plaisir et de peser aussi sur la circulation automobile dans notre ville. Nous nous interrogeons cependant sur certains points :

1° Peut-on estimer, connaissant le COS prévu de 0,40 le nombre de logements qui pourraient être édifiés dans la zone de la Broderie, et ainsi mieux mesurer l’augmentation du trafic dans ce secteur ?

2° En ce qui concerne la zone du Puits à Loup, vous évoquez le caractère accidentogène de la rue Pierre Curie. Est-ce avéré, a-t-on des données précises à ce sujet, des statistiques, ou s’agit-il d’un risque supputé ?

3° Peut-on savoir toujours pour cette zone du Puits-à-loup, si la Commission Locale des Eaux (CLE) a été saisie par la ville des Clayes ? Le schéma d’aménagement  et de gestion des eaux de la Mauldre (S.A.G.E.) prévoit un ruissellement limité à 1 l./sec./Ha sur le bassin versant ; sait-on si les capacités prévues d’interception des ruissellements supplémentaires causés par les imperméabilisations des sols du fait des constructions seraient conformes aux prescriptions du SAGE ?

Voilà autant de questions qui font que nous approuvons l’avis défavorable que vous émettez. Cependant, elles appellent aussi deux remarques :

Votre souci très louable de la circulation automobile, du rejets des eaux usées, du ruissellement des eaux pluviales et du respect de l’environnement par la ville des Clayes, se vérifie-t-il à Plaisir, plus particulièrement en ce qui concerne la ZAC des Peupliers et la pollution du ru Maldroit ou du bassin de la Crane ?

Déjà, connait-on l’origine de ces pollutions ? Sont-elles de nature industrielle, agricole ? Résultent-elles de rejets illégaux ?  Et quelles dispositions avez-vous prises pour y remédier et poursuivre les responsables ?  Si vous avez des réponses à ces questions, il serait peut-être temps d’en faire part à la population…

Ensuite, je crains que le trafic généré rue Alexandre Dumas par la ZAC des Peupliers soit autrement plus problématique et accidentogène que celui de la relativement calme avenue Parmentier ou de la rue Pierre Curie.

Enfin, concernant toujours les Peupliers, l’imperméabilisation des sols du fait des constructions risque d’accroître considérablement le ruissellement dans ce secteur humide, marécageux à l’origine et paraît assez contradictoire avec la recommandation de notre PLU que vous citiez au précédent point 7 de ce même conseil :

«L’enjeu majeur sur le plan environnemental est d’œuvrer à la reconquête des cours d’eau dans la ville et mener des actions cohérentes avec les principes de gestion du bassin de la Mauldre. Par ailleurs, il s’agit d’éviter l’urbanisation de zones réputées humides ou servant de zones naturelles d’expansion des crues.»

En effet, la DRIEE a clairement rappelé que cette zone peut être concernée par des inondations, qu’il n’était pas joint au dossier qui lui a été soumis d’étude hydraulique et que le volume de rétention des eaux tel qu’il apparaît dans le projet n’est pas compatible avec les recommandations du SAGE.

Madame Huberlant a tout à l’heure cité le Comte de Monte-Cristo, moi, j’aurais envie de terminer cette première remarque, en paraphrasant Pascal : «Vérité en deçà de la rue de la Croix-Blanche, erreur au-delà…»

Ma seconde remarque sera pour déplorer encore une fois l’apparente incommunicabilité qui existe entre les deux communes, l’absence de développement urbanistique ou économique concerté ; tout cela est bien sûr imputable au manque de volonté politique de parvenir à une coopération intercommunale que souhaitent les habitants de ces villes contiguës, dont l’unité de bassin de vie et de projet nécessairement commun n’est pas contestable.  C’est dans une perspective de développement partagé que devraient se régler ce genre de litiges.

Les réponses à mes questions furent bien laborieuses et peu précises : d’abord, concernant les pollutions, il n’y en aurait aucune dans le bassin de la Crane, les analyses faites avec les associations de pêche l’attesteraient, et en ce qui concerne le ru Maldroit, il n’a rien évoqué d’industriel ni d’agricole, ce serait la seule faute… aux Écuries du château ! Point de métaux lourds ni ammonium, nitrite ou zinc, juste du crottin de cheval en somme.  On aurait préféré qu’il nous produise des résultats d’analyses scientifiques indépendantes plutôt qu’il ne cherche à régler ses comptes avec cette association, depuis longtemps dans son collimateur.

Au sujet de la circulation, c’était, comme je le supposais des estimations au doigt mouillé, mais, bien sûr, « si je posais une telle question, c’est que je ne connaissais pas ma ville ». C’est bien connu, l’opposition ne connaît ni ses dossiers, ni sa ville…  Quant à une estimation de l’augmentation de circulation due à la Broderie, on ne peut la mesurer puisqu’on ignore le périmètre exact où s’appliquerait l’augmentation du COS.

Toutes les questions concernant la ZAC des Peupliers énervent particulièrement notre JR qui a affirmé de façon péremptoire que contrairement aux remarques de la DRIEE (direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie) les bassins de rétention prévus répondent à l’attente.

Dont acte. Espérons juste que c’est vrai, et ça, l’avenir seul nous le dira.

Encore une fois, après moi, le déluge…

JPR

6 Commentaires sur

Faites ce que je dis… pas ce que je fais !

  • JPR |

    Le Monde :

    Pour Mélenchon, « la France a fait de la figuration » au sommet européen

    Jean-Luc Mélenchon, chef de file du Front de gauche, a estimé vendredi 29 juin dans un communiqué qu’ »au sommet européen, la France a fait de la figuration » et que « le nouveau pouvoir » de François Hollande avait ainsi « avalisé » la politiqueeuropéenne » de Nicolas Sarkozy.
    Pour l’eurodéputé, « c’est fini. Le nouveau Traité européen préparé par Merkel et Sarkozy s’imposera tel quel. François Hollande considère que les négociations ont abouti. C’est stupéfiant! ».
    « Le nouveau pouvoir avalise ainsi la politique européenne du précédent. Le libéralisme va s’aggraver, la souveraineté des citoyens sur leur budget est réduite à rien. Tous les diktats des libéraux ont été avalisés. Ils forment dorénavant une nouvelle construction dont la cohérence satisfait pourtant également François Hollande. Il s’en réjouit et le présentera au nom de son gouvernement devant le Parlement », déplore l’ex-candidat à la présidentielle.
    « LA MÉTHODE DE LA RÉSISTANCE ACTIVE »
    « Pourtant la méthode de la résistance active a fait ses preuves. La seule que François Hollande n’ait pas appliquée », dénonce M. Mélenchon.
    « Pourtant, Mme Merkel s’est opposée seule contre tous, inclus le FMI et la BCE, à la mutualisation de la dette des Etats et aux prêts directs de la banque centrale européenne. Pourtant Rajoy et Monti ont refusé d’adopter quoi que ce soit si on ne faisait pas droit à leur demande de mesures d’urgence ! »
    « Résister et tenir bon sont la seule forme d’action qui paye dans les bras de fer enEurope. Le gouvernement français a fait de la figuration. Maintenant il fait le ravi. Plus que jamais c’est au peuple de se prononcer et non pas à une assemblée où droite et socialistes vont voter sans discussion possible leur programme commun européen », conclut le co-président du Parti de gauche.

  • JPR |

    Compte-rendu de la capitulation française dans le Monde :
    « Il n’y aura pourtant pas de renégociation du traité, un objectif que le candidat Hollande, pendant toute la campagne présidentielle, avait martelé, au point d’ériger cette question en l’un des points de clivage majeur avec Nicolas Sarkozy. M. Hollande, au terme d’une nuit de tractations et de pressions, n’a néanmoins pas manqué de se targuer d’avoir joué un rôle moteur dans l’adoption du « pacte de croissance, qui à mes yeux devait compléter le pacte budgétaire », a-t-il précisé. « J’avais annoncé que je voulais renégocier ce qui avait été décidé, au sens d’y mettre ce qui ne s’y trouvait pas, croissance et mesures de stabilité. Je considère que ce sommet a permis d’aboutir à cette renégociation. » De l’art de présenter les choses… »

  • Michel |

    Info ou (intox?) : JR abandonnerait ses (son) mandat en octobre (BRRRRREEEEUU! ça fait peur!!!)

  • DURIFIFIDANS-l'air |

    jr démissionne ?? il convoque tout le personnel
    communal le 15 octobre 2012 à l’espace Coluche ….
    mais pour quelle raisons ?????????

  • DURIFIFIDANS-l'air |

    c’est fait JR abandonne son mandat le 15 novembre !!!laissant sa placa a

    KLAUS-MAN-BERGER !!!!!!!!! -1 déjà !!

  • JPR |

    Alors cette fois, ce n’était pas une simple rumeur ! Marie-Joséphine Kollmannsberger devrait prendre en novembre les rênes de la ville. Mais le -1 reste bien optimiste : JR reste au conseil municipal, il ne fait que préparer la réélection de Mme K. en 2014 en la mettent en selle assez tôt. Et vu sa façon, sous des airs mielleux, de diriger le personnel du service culturel avec une poigne de fer, on peut d’elle craindre le pire !

Vous avez une opinion? Laissez un commentaire:

Nom *
E-Mail *
Site Web